19 Sep 2016

Mac Orlan « Ciné…cure en plein air ».

Ce texte de Pierre Mac Orlan, présenté comme une petite histoire illustrée, se veut une sorte de récit portant sur la place du cinéma en temps de guerre, au sein du service des armées. Mais derrière un propos humoristique, ne manquant jamais de révéler les absurdités de la guerre1, apparaît une petite histoire technique du cinéma. Il est en effet ici question d’objectifs (de l’objectif de l’attaque et de celui de l’appareil – « plus facile à atteindre » (p. 770)), de plaques, de pellicules, d’épreuves et de prises de vue (les films de bataille, les films pris dans les tranchées et ceux « plus modernes » (p. 771) pris au cantonnement).

Mac Orlan donne vie à tous ces éléments par ses dessins [fig. 1] et par ses mots en usant largement du procédé de personnification, qualifiant par exemple, la pellicule de « joyeuse personne » (p. 771) ou précisant que la plaque est « l’auxiliaire le plus dévoué de l’opérateur photographe » (p. 770); il compare la présentation de cette dernière à un cageot d’huîtres, précisant que la vie de la pellicule se déroule en rouleaux, « repliée sur elle‑même à la manière des colimaçons » (p. 771) et que, moins sensible que la plaque, elle « ne bronche pas devant les plus effroyables éclatements d’obus », mais ne sait pas « résister au supplice du bain » (ibid.). Mac Orlan joue aussi abondamment avec le sens littéral et figuré [fig. 2] – « Pour tirer une épreuve, il existe plusieurs procédés. Nous ne conseillons pas d’employer les bœufs […] » (ibid.) – sans se priver d’avoir recours à l’ironie, voire à la raillerie2.

Fig. 1
fig. 1

Fig. 2
fig. 2

La virtuosité littéraire est bien présente dans ce petit texte, mais elle est mise au service d’un véritable propos au sujet du cinéma. Deux choses doivent ici être soulignées à ce sujet : pour Mac Orlan, le cinéma aura un avenir (Mac Orlan imagine même, du moins, le dessine-t-il, le spectateur de l’an 2000 [fig. 3a et fig. 3b]) et il devra être une mémoire. Bien sûr, lorsqu’il spécifie que les films tournés au front fourniront des divertissements de choix aux prochaines générations, la tonalité employée est encore ironique, mais Mac Orlan reprend son sérieux en indiquant qu’il s’agira aussi « d’éclairer l’avenir » (p. 770) et d’éviter ce qu’il sait pourtant les hommes si peu enclin à concrétiser. Les railleries interviennent dans cet espace, tout en permettant à l’auteur de proposer un texte dans lequel il est à la fois question de l’absurdité de la guerre et des dangers encourus par les opérateurs des armées, en plaçant au cœur de son récit des objets, du matériel nécessaire pour réaliser ces bandes venues du front, témoignant toujours plus de la bêtise humaine.

fig. 3a
fig. 3a

fig. 3b
fig. 3b


Mac Orlan, Pierre. 1917 (6 décembre). « Ciné…cure en plein air ». La Baïonnette, no 127, p. 770‑771.

Notes :

  1. « Dans un régiment d’infanterie de ligne vivait un brave homme qui possédait toutes les qualités requises pour être heureux à notre époque […]. Ayant appris qu’on cherchait des photographes pour l’armée, il adressa sa demande, qui, à sa sincère stupéfaction, fut agréée. Notre homme arrivé à la section photographique de l’armée eut la joie inattendue d’apprendre qu’il devait, muni d’un appareil perfectionné, accompagner les vagues d’assaut, son prédécesseur ayant été tué dans l’exercice de ses fonctions! » (p. 771).
  2. Au sujet des « Films pris dans les tranchées » : « Ces films doivent donner, en général, une haute idée du confort qui règne dans ces lieux. Le meilleur moyen d’atteindre à ce résultat est encore d’aller pendre ses vues sur la Riviera, au moment où la saison bat son plein » (p. 771); ou encore, au sujet des « Films de batailles » : « Avec un bon film de charge à la baïonnette, on peut obtenir, en projetant sur l’écran la bande à l’envers, un bon film de retraite qui ne peux pas manquer d’obtenir son petit effet » (ibid.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.